Voyage Corporel

Le corps comme une île, déserte ou habitée, parfois peuplée. Un voyage qu’il est si bon et parfois si éprouvant de traverser. Par nos émotions, les terrains deviennent hostiles, douloureux, et parfois emprunt d’une douceur exquise, une volupté volatile, l’odyssée devient moins méconnue, pour s’apparenter à une terre mère. Apprivoiser nos contours. Définir nos limites.

S’il est un terrain à découvrir, à arpenter, c’est avec soi mème, un voyage intérieur, qui part de notre enveloppe jusqu’à notre profondeur, ou la définition de notre identité. Il en va de soi que ce paysage qu’est notre corps est ce que le voyageur aperçoit en premier, à la vue de celui ci des définitions peuvent en être sortie. La découverte plus profonde d’une terre, ses énergies, se fait avec un peu de temps.

Travail photographique de Mel Bles, Islands